1er prix aux Olympiades Académiques de Biologie !

Nous mettons ici en lumière quatre élèves de terminale, qui ont été récompensés lors des Olympiades Académiques de Biologie.

Timothée, Shana, Zoé et Elora se sont distingués à Strasbourg par leur dévouement à la démarche scientifique et leur travail a porté ses fruits ! Ils ont remporté le premier prix académique, les propulsant au rang de finalistes nationaux ! Leur projet novateur et leur présentation éloquente ont impressionné le jury. En effet le petit groupe a présenté, sous la forme d’une vidéo de 5 min, l’influence des sons et de la musique sur le développement des végétaux, du macro au micro, de la Mimosa pudica aux Euglènes, à l’aide d’expériences bien menées, avec un soupçon d’esprit critique : leur vidéo sera très prochainement disponible sur le site dédié au concours : https://olympiadesdebiologie.fr/.

Malgré leur défaite à la phase nationale du concours, Timothée, Shana, Zoé et Elora restent des exemples inspirants de persévérance : ils ont traversé la France afin de présenter leur projet à l’Ecole d’Ingénieur Purpan de Toulouse, face à tous les lauréats académiques : de métropole, d’outre-mer et des lycées Français à l’étranger.

Ce projet a pu être réalisé avec de l’aide de Julie DEGEN (professeur de SVT référent), Martine SCHIRRER (laboratoire), Olivier Gallet (enseignant-chercheur), l’ensemble des professeurs de SVT et de Physique-Chimie, l’administration et la gestion du lycée, et bien sûr l’ensemble des organisateurs des Olympiades.

Nous les félicitons pour leur projet et leurs prestations !

 

Légende photo : Timothée BIGNUCOLO, Zoé SICOT, Julie DEGEN (professeur de SVT du lycée Lambert), Shana ULM, Elora VICHARD : posent devant l’entrée de l’école d’ingénieur Purpan à Toulouse, avec leur diplôme attestant de leur participation aux Olympiades nationales.

Sorties géologiques

Dans le cadre du programme de SVT, les élèves de seconde 2 et 6 ont participé en avril 2023 à une sortie dans la vallée de Masevaux jusqu’au barrage d’Alfeld. Grâce à l’encadrement de la Maison de la Terre située à Sentheim, ils ont pu découvrir comment cette vallée a enregistré les traces de son passé glaciaire et l’origine des roches sédimentaires que l’on y retrouve.

Les Terminales Spécialité SVT en visite à l’INRAE

Nous avons eu l’occasion de visiter les locaux de l’INRAE et de rencontrer quelques personnes de l’équipe que nous citerons ci-dessous.
Qu’est-ce que l’INRAE
? Quel est l’objet de leurs recherches ? En quoi celles-ci sont-elles en adéquation avec le changement climatique ?
Deux conférences, une visite des serres, des caves de micro-vinification et les discussions avec les ingénieurs nous ont éclairés sur ces points :
L’INRAE est un organisme de recherche en agriculture et en environnement composé de 18 centres en France et dont le siège se situe à Paris. L’INRAE de Colmar, situé au Biopole et accueillant environ 150 chercheurs, ingénieurs et techniciens dans l’année, est spécialisé dans la viticulture.
La première partie de la sortie nous a permis de comprendre les enjeux auxquels fait face l’INRAE de Colmar : les unités de recherches et l’unité expérimentale ont pour but d’acquérir des connaissances afin de développer des innovations pour une viticulture durable. Des recherches génétiques et biologiques sont ainsi réalisées sur la capacité de résistance et la qualité de la vigne face à différentes agressions afin de trouver des solutions pour promouvoir une agriculture à bas intrants (produits ajoutés, de type engrais, pesticides...).

J’ai trouvé cette introduction à la découverte du lieu très précise et intéressante par sa richesse en informations aussi bien sur l’INRAE en général que sur les objectifs de celui-ci. (Elise)

L’INRAE repose sur trois grandes thématiques :

  1. La biologie intégrative de la résistance et de la qualité de la vigne
  2. La virologie de la vigne et l’interaction virus-vecteurs sur la vigne et la betterave
  3. La recherche participative dans le domaine de la vigne

Le personnel de l’INRAE est divisé en 3 différentes équipes :

  • Génétique et Amélioration de la Vigne (GAV)
  • Métabolisme Secondaire de la Vigne (MSV)
  • Virologie et Vection (ViVe)

Pour faire face aux problèmes que rencontrent les vignerons (comme le réchauffement climatique qui nécessite une adaptation du système d’irrigation ou les maladies comme le mildiou ou l’oïdium), pour essayer de limiter l’usage d’intrants ou améliorer le rendement de l’exploitation, des variétés de vignes sont créées par les chercheurs de l’INRAE.

 

Deux méthodes sont utilisées : le bouturage (grâce aux greffes) ou le croisement par la reproduction sexuée.

  • La première permet de choisir le cépage que l’on veut garder grâce au greffon tout en sélectionnant le système racinaire (porte greffe) sur lequel on veut l’implanter. Nous avons pu observer la méthode de greffe dans une des serres, avec le responsable Jacky Misbach.
  • La seconde méthode permet de recombiner les caractères parentaux et de cumuler leurs caractères d’intérêt dans un plant fils. On peut par exemple croiser des espèces sauvages et cultivées pour obtenir des plants résistants qui produisent des raisins avec des goûts intéressants. L’ingénieur Guillaume Arnold nous a expliqué les méthodes appliquées, que nous avions en amont étudiées en classe.

Afin de préciser les recherches variétales, des techniques de biotechnologies sont pratiquées : PCR, séquençage, cultures in vitro … que nous avons étudiées en classe depuis la première ! Cette sortie et l’entretien avec Emilce PRADO, ingénieure d’étude, nous ont permis de comprendre l’utilité, ici, de ces techniques.

Les caves de micro-vinification permettent de tester les nouvelles variétés ainsi créées dans la production de vin à partir de ces variétés : le vin respecte-t-il bien le goût, la texture, la couleur d’un pinot noir ? D'un gewürztraminer ?

Voici un petit aperçu de ces caves, présenté par le technicien de recherche : https://www.youtube.com/watch?v=m0g2VE-GRxY

J’ai apprécié la visite des caves, c’est l’activité que j’ai préféré. J’ai pu apprendre plus ou moins où et comment sont faits les vins. Monsieur LEMARQUIS a l’air d’être passionné par son métier tout comme ses autres collègues. (Cheïma)

Pour en savoir plus :

https://www.inrae.fr/

https://www.inrae.fr/centres/grand-est-colmar

 

Elise ROLLING, Aminata DABO, Cheïma KOLLI et Sarah BUCHHOLZER, Terminale spécialité SVT 2022-23, et leur professeur de SVT Mme DEGEN Julie.

 

«